La Valorisation Du faso DanFani

Défilé de mode à Paris : Le Faso dan fani émerveille et séduit

Le 21 mars 2009 s’est déroulé dans la salle de spectacles du 18e à Paris, un défilé de mode consacré au Faso dan fani. Organisée par un de nos compatriotes résidant en France, François Yaméogo surnommé François 1er, cette présentation de mode a été précédée d’un défilé de coiffure, assuré par « Maï feeling coiffure ».

Le défilé de mode, exclusivement consacré au Faso dan fani, tenu à Paris le 21 mars 2009, a regroupé des centaines de personnes de toutes les catégories sociales, aussi bien africaines que françaises. La salle de spectacles qui a refusé du monde a connu une ambiance bon enfant et les attentes des invités comblées par les deux groupes de présentateurs, dont la spécificité diffère grandement l’une de l’autre, même si coiffure et tenue vestimentaire se marient forcément tout dépendant du « feeling » et du « design » issus de l’inspiration des promoteurs.

Au cours de la manifestation, une préséance a engagé en premier « Maï feeling coiffure » sur scène. Une préséance qui a été l’occasion pour les invités de la soirée, d’admirer les différentes coiffures que dévoilaient les mannequins à chaque sortie sur le podium. Plusieurs modèles de coiffure présentés ont en effet retenu l’attention des femmes surtout, qui avaient fait le déplacement pour s’enquérir des nouveautés africaines en matière de coiffures et les modèles de tailleurs en vogue.

Le public, venu très nombreux à ces présentations de coiffure et de mode, s’est beaucoup intéressé au défilé de mode qui a immédiatement suivi celui de la coiffure. Un défilé de mode qui avait un caractère très particulier dans une capitale française dont les habitudes ne sont pas orientées vers le port du tissu « made in Burkina », le Faso dan Fani. Et pourtant, de très jolies coupes ont été présentées par la dizaine de mannequins tous burkinabé, managés par la talentueuse organisatrice Cynthia Ouattara (Tara).
Pendant donc deux heures d’horloge, la salle de spectacles louée pour la circonstance a vibré d’applaudissements et de cris de joie provoqués par des sorties captivantes et plaines de charme, tant les différents modèles séduisaient et ne laissaient donc personne indifférent. Surtout pas les femmes, qu’elles soient africaines, françaises ou de toute autre nationalité présentes dans la salle.

Pour le promoteur du défilé de mode, François 1er, la manifestation s’est bien déroulée à tel point qu’il en est satisfait, au vu de l’affluence et de l’ambiance qui y régnait. « Beaucoup de nos invités qui sont arrivés un peu tardivement n’ont pas pu avoir accès à la salle qui s’est vite remplie autour de 23 heures », a-t-il confié avant de poursuivre : « Ce gala répond à notre souci de valoriser nos produits typiquement burkinabé ici en France. Nous pensons atteindre cet objectif au vu de ce qui s’est passé ce soir ». Selon François 1er en effet, la soirée de gala s’est bien déroulée et a même dépassé ses espérances car l’affluence qui se dessinait au compte-gouttes aux environs de 22 heures, heure locale, s’est vite renforcée une heure après. La salle était pleine. Le spectacle pouvait donc commencer.

Pour Cynthia Ouattara, la soirée a été une réussite et les filles ont bien joué leur rôle de mannequins, offrant ainsi au public un beau défilé qui va rester longtemps gravé dans la mémoire des convives. « Je suis vraiment ravie de cette soirée.
Dans la mesure où notre devoir ici en France est de contribuer à la valorisation de nos cultures nationales, nous ferons tout pour que le Faso dan fani, entre autres produits made in Burkina, soit consommé en France. Cela est aussi notre contribution à pousser notre pays à se faire mieux connaître à l’extérieur ».

Jean-Bernard ZONGO de passage à Paris (bogest30@yahoo.fr)

Sidwaya

http://lefaso.net/spip.php?article31294

http://www.afrofashionweek.com/html/desigers.php?xx_designer_id=13